Narcisse (BD en 3 tomes)

Chanouga – Narcisse
Paquet, 2014 (2 tomes parus, le 3e à venir)

Couverture Narcisse tome 1Se trouver un ancêtre au destin hors du
commun, voilà ce dont rêve tout généalogiste. C’est ce genre de découverte extraordinaire
qu’a faite, un beau jour de 2007, Chanouga.
En chinant sur une brocante, le dessinateur tombe sur la photo d’un homme blanc, scarifié
et percé à la mode des aborigènes d’Australie. Fasciné par cette image surprenante, il décide d’enquêter. L’histoire qu’il va découvrir ira au-delà de toutes ses espérances…

Narcisse Peletier, puisque c’est son nom, était un jeune marin vendéen.
En 1858, alors âgé de 14 ans, il fut abandonné par son équipage sur une île australienne. Dix-sept années durant, il partagea la vie des indigènes, avant d’être « redécouvert » et ramené contre son gré à la « civilisation ». À son retour en France, on le baptisa « le sauvage blanc ».

En montant à bord, je donnais enfin à mon destin la tournure dont j’avais toujours rêvé. »

Planche NarcisseGrâce à la lecture de deux livres aussi complémentaires que contradictoires (le premier rapportant le récit du capitaine du navire,
le second recueillant le témoignage direct –
mais probablement retravaillé – de Narcisse lui-même), l’auteur de BD finit par se faire sa propre idée de la vie du jeune homme. C’est cette version personnelle qu’il nous livre dans Narcisse, une bande-dessinée en trois tomes (dont les deux premiers sont déjà disponibles),
au travers de dessins crayonnés très personnels. Photo Narcisse Pelletier

Pour le plaisir des généalogistes, le premier tome
est enrichi d’un cahier dévoilant les sources
(livres, cartes, articles de presse) consultées
pour l’élaboration de ce livre.
Alors, à votre tour, venez faire la connaissance de Narcisse : un personnage au destin passionnant,
à découvrir au plus vite !

  • On a beaucoup aimé : une mise en couleurs particulièrement réussie.
  • On a moins aimé : on cherche encore !
  • Pour aller plus loin :  Narcisse Pelletier (témoignage recueilli par Constant Merland), Chez les Sauvages : dix-sept ans de la vie d’un mousse vendéen dans une tribu cannibale (1858-1875), Cosmopole, mai 2002 (réédition de l’ouvrage de 1876).
    François Garde (roman), Ce qu’il advint du sauvage blanc, Gallimard, 2012.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s