Sambre (série culte de la BD)

Yslaire – Sambre et La Guerre des Sambre
Glénat, depuis 1986

Sambre coupleIl n’est jamais trop tard pour découvrir
un chef d’œuvre ! Cette bande dessinée aux couleurs si caractéristiques enchante les amoureux d’ambiances gothiques depuis une vingtaine d’années maintenant. Créée en 1986 par Balac et Yslaire, Sambre est devenue une série culte du Neuvième art. Cette histoire d’amour tragique ne cesse de connaître de nouveaux rebondissements, dont le dernier, Fleur de pavé, vient de paraître.

arbre généalogique des Sambre
Cliquer pour agrandir l’image

Une des spécificités de la série (qui continue donc de s’étoffer au fil des années) est de s’articuler autour d’un arbre généalogique et de raconter, par cycles de trois ou quatre tomes, la destinée d’un personnage de la famille Sambre et de son impossible amour pour une fille aux yeux rouges. Chaque cycle peut se comprendre indépendamment des autres, mais l’ensemble forme un tout tellement cohérent qu’il serait dommage de n’en lire qu’une partie !

Aujourd’hui encore, on parle de la passion qui unit ces deux enfants sur la tombe de leur père et qui mena le jeune Bernard Sambre à sa perte. »

Pour mémoire, voici donc la liste des cycles, classés de façon chronologique, en suivant l’ordre généalogique :
Génération de cujus : La Guerre des Sambre – Maxime-Augustin & Constance (1789-1794)
Première génération : La Guerre des Sambre – Hugo & Iris (1830-1847)
Deuxième génération : Sambre – Bernard & Julie (1847-1848)
Troisième génération : Sambre – Bernard-Marie & Judith (1856-1862)

À cette succession de générations vient s’ajouter un cycle supplémentaire :
Premier degré d’ascendance : La Guerre des Sambre – Werner & Charlotte (1768-1769)

Enfin, deux autres cycles sont d’ores et déjà annoncés : la première Guerre des Sambre, située aux origines, en -40 000 avant J.C., et, enfin, la dernière génération, Nelson & Judith (1862-1871).

SAMBRE T06[BD].indd.pdfVous l’aurez compris : à ce stade des parutions, libre à vous de lire la série en respectant sa chronologie généalogique ou de commencer
par le cycle initial (Bernard & Julie), avant de découvrir les autres, au gré de vos envies.
Quel que soit votre choix, vous retrouverez
le fil rouge de la série, la passion fatale d’un fils Sambre, yeux noirs et cheveux rouges, pour une mystérieuse fille brune aux yeux rouges. Une malédiction qui se répète de génération en génération et qui imprègne également le dessin, où le noir et le rouge se mêlent constamment. Une œuvre littéraire et picturale d’une cohérence rare. Un véritable joyau !

  • On a beaucoup aimé : l’harmonie des couleurs et l’écriture raffinée des textes.
  • On a moins aimé : le changement de dessinateur sur certains cycles.
  • Pour aller plus loin : La légende des Sambre, entretiens avec Jean-Luc Cambier et Eric Verhoest, Glénat, 2003.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s