Les archives des dommages de guerre (guide)

C. Renaudin/M.-O. Mergnac – Les archives des dommages de guerre
Archives & Culture, 2016

dommages-de-guerreAlors que les journaux télévisés nous montrent quotidiennement des villes rasées dans des pays en guerre, nous oublions encore trop souvent que notre propre pays a plusieurs fois connu semblable situation. Ces dommages de guerre ont même donné lieu à de nombreuses archives, particulièrement intéressantes pour le généalogiste cherchant à retracer l’histoire d’une maison de famille. Vous ne savez pas par quel bout commencer ? Ce petit guide bien conçu va se révéler un précieux allié !

Lorsqu’on a, comme moi, une famille originaire de Saint-Malo, une ville presque totalement rasée pendant la Seconde Guerre mondiale, on se dit que faire sa généalogie ne va pas s’avérer chose facile. Dans les faits, contourner la problématique de l’état civil disparu s’est révélé moins ardu que prévu, mais le manque d’archives notariales a souvent été très frustrant… Aussi, quelle bonne surprise de découvrir qu’il existe des archives des dommages de guerre, laissant espérer de belles découvertes !

saint-malo_detruitQuelle que soit la période qui vous intéresse, ce guide des éditions Archives & Culture devrait vous être d’une aide précieuse. Il se penche avec la même rigueur sur les guerres napoléoniennes du premier Empire que sur celle de 1870, mais c’est avec les parties consacrées aux deux Guerres mondiales qu’il passionnera le plus grand nombre. Les dommages liés à ces deux conflits ont en effet été beaucoup plus importants et les dossiers correspondants ont également été mieux conservés dans l’ensemble.

Si votre famille est originaire d’une région particulièrement touchée en temps de guerre (régions frontalières du nord et de l’est, grands ports militaires ou de commerce) et que la chance est de votre côté, alors les archives des dommages de guerre pourraient venir enrichir vos recherches généalogiques d’une façon inattendue.

  • On a beaucoup aimé : la description minutieuse de toutes les sources potentiellement disponibles.
  • On a moins aimé : les exemples présentés laissent espérer de grandes découvertes, ce qui n’est pas forcément le cas…
  • Pour aller plus loin : découvrez comment j’ai exploité un dossier de
    « dommages de guerre » pour mes recherches personnelles
    .
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s