Histoire d’un conscrit de 1813 (roman)

Erckmann-Chatrian – Histoire d’un conscrit de 1813
Multiples éditions papier ; disponible gratuitement en version numérique

conscrit-1813À Phalsbourg, petit village d’Alsace où il a toujours vécu, Joseph, un apprenti horloger, pense pouvoir échapper à la conscription. Le jeune homme est en effet boiteux, ce qui semble un handicap suffisant pour lui épargner l’enrôlement. Mais c’est sans compter sur la débâcle de la campagne de Russie, en 1812, qui pousse Napoléon a se reconstituer une armée faite de tous les hommes plus ou moins valides restants. Joseph va ainsi devoir quitter Catherine, son amour d’enfance, et partir à la guerre.

De 1805 à 1815, ce sont des centaines de milliers d’hommes qui ont combattu soldatsdans les armées de Napoléon. Face à ce nombre gigantesque, tout généalogiste a de bonnes chances de tomber sur un de ces soldats lors de ses recherches. Ce petit livre, paru en 1864 (et qui connaîtra une suite, consacrée à Waterloo), permet de s’immerger dans l’époque et de mieux comprendre ce que fut la conscription, ce « service militaire » sur tirage au sort, très vite décrié. Pour Joseph, dont tout le monde dit qu’il y échappera grâce à son handicap, la chute n’est que plus rude : les longues marches forcées sont un calvaire, les combats auxquels personne ne l’a préparé sont un cauchemar éveillé. Son récit, naïf mais détaillé, nous plonge au cœur des batailles. À travers lui, on entend les tirs de canon, on ressent la faim, le froid, la fatigue, et l’on regarde, impuissant, ses camarades tomber. Bref, on vit le douloureux quotidien de ces soldats napoléoniens, rarement évoqué avec autant d’intensité dans les livres d’histoire.

Six mois avant, ces choses m’auraient fait horreur, mais j’en avais vu tant d’autres ! J’étais alors insensible comme un vieux soldat, et la mort d’un homme ou de cent ne me paraissait plus rien. »

Bien qu’il s’agisse d’une œuvre de fiction, et non pas d’un témoignage direct, l’Histoire d’un conscrit de 1813 reste un ouvrage de référence pour tout généalogiste s’intéressant à la période napoléonienne. Parce qu’en montrant la réalité de la vie d’un conscrit, il nous aide à mieux comprendre le triste destin de certains de nos ancêtres.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s