CARDIN Jean Marie Casimir (1894-1918)

CARDIN Jean Marie Casimir
Décédé le 13 juin 1918 à Pierrefonds (60)

Fils de Jean Marie Auguste CARDIN et de Marianne Françoise LEUDUGER, Jean naît à Pléneuf (22) le 27 août 1894, neuf mois, quasiment jour pour jour, après le mariage de ses parents, le 26 novembre 1893. Il aura une sœur, Marie Anna Augustine, née le dernier jour de 1895, et un frère, Francis Joseph Marie, en novembre 1897. Enfin, en 1906, un petit dernier viendra compléter la fratrie : Adrien Jean Marie.

Lors de son recensement militaire au bureau de Saint-Brieuc en 1914, Jean est enregistré sous le numéro matricule 19. Il est alors « couvreur », comme son père, et possède un niveau 3 d’instruction.
Jeune homme d’1,60m, Jean a les cheveux blonds et les yeux bleus.

Le 10 septembre 1914, il est incorporé au 48e régiment d’infanterie, comme soldat de 2e classe. La guerre bat son plein depuis un mois déjà, mais Jean n’arrive au front que le 12 novembre. Au moins aura-t-il échappé aux premières hécatombes…
Ce premier hiver dans les tranchées ne lui réussit pas, puisqu’il est évacué malade le 25 mars 1915.
Deux mois plus tard, il rentre au dépôt, avant de retourner au front le 1er septembre 1915.

L’année 1916 l’épargne, bien que son régiment soit de tous les combats à Verdun : Avaucourt, Chattancourt, Le Mort-Homme, Thiaumont…
Le 2 septembre 1916, Jean reçoit la citation suivante : « Dans l’attaque difficile d’un fortin a, par son action personnelle, contribué à maintenir ses camarades sous un bombardement violent et a tenu la position chèrement conquise. » Pour cette action, il recevra la Croix de guerre avec étoile de bronze.

À partir de février 1917, Jean est rejoint au front par son frère Francis, lui aussi enrôlé au 48e régiment d’infanterie.
Le 11 mai 1917, le voilà blessé par un éclat d’obus lors de la bataille du Mont Cornillet.
Une fois remis sur pied, il rejoint son régiment le 22 juillet 1917, dans le secteur des Éparges, cette fois sans son frère, parti au 356e R.I..

Au premier janvier 1918, Jean est « promu » soldat de 1e classe.
Du 29 mai au 3 juin, son régiment combat sans arrêt, de nuit comme de jour. Comme le rapporte l’historique régimentaire, « la ligne craque de tous les côtés […], créant dans la ligne des vides qui ne peuvent être bouchés, faute de troupes disponibles, et par lesquels les Allemands progressent. Mais le 48e, malgré des menaces d’encerclement complet, ne se retire que lorsque le commandement lui en donne l’ordre par écrit. » Les troupes françaises n’ont d’autre choix que reculer, le village d’Hautebraye (60) passe aux mains des Allemands. Mais « l’heure de la revanche va sonner ». La contre-attaque se met en place et Hautebraye est repris dès le 7 juin. Pour la journée du 13 juin 1918, le Journal de Marche et Opérations est particulièrement laconique :
C’est pourtant en cette journée calme que Jean est à nouveau blessé, à Hautebraye, cette fois par un éclat d’obus au crâne. Emmené en urgence à l’ambulance 2/65 de Pierrefonds (60) située à une vingtaine de kilomètres à l’arrière de la ligne de front, Jean y décèdera de ses blessures dans la journée. Cinq mois plus tard, l’armistice sera signé…

Son décès sera transcrit dans les registres de Pléneuf le 4 septembre 1918. Jean est déclaré Mort pour la France. Il avait 23 ans.
Son nom figure dans l’historique régimentaire du 68e R.I. et il est inscrit sur le monument aux morts et la plaque de l’église de sa ville natale, Pléneuf-Val-André dans les Côtes d’Armor, à côté de ceux de son frère Francis et de son cousin germain Joseph CARDIN.
Son lieu de sépulture n’est pas connu.


Pour la petite histoire familiale
Jean était le frère de Francis et le cousin germain de Joseph. Mon Sosa 128, Pierre Laurent CARDIN (1746-1804), était son arrière-arrière-grand-père. En revanche, Jean étant issu d’une branche provenant du second mariage de Pierre CARDIN, il faut remonter une génération supplémentaire pour nous trouver un couple d’ancêtres communs, Gilles CARDIN et Julienne GOUR, mes Sosa 256 et 257.

Publicités

Une réflexion sur “CARDIN Jean Marie Casimir (1894-1918)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s